Nickel boys de Colson Whitehead

📚J’avais lu, il y a 3 ans, « Underground Railroad » avec un plaisir fou.Déjà récompensé en 2017 par le prix Pulitzer pour ce roman, il l'est de nouveau pour son tout dernier ouvrage dans lequel Colson Whitehead plonge son lecteur dans un fait divers se déroulant dans la Floride des années 1960, rendant compte des horreurs de la ségrégation raciale aux Etats-Unis. L’auteur avec cette double récompense rarissime rejoint Faulkner et Updike.

Ce n’est peut-être pas un hasard si cette récompense advient en pleine dynamique du mouvement militant « Black Lives Matter » (La vie des Noirs compte). Colson Whitehead démontre là combien cette assertion n’a pas toujours pris sens. C’est une institution disciplinaire de Floride au sein de laquelle, tout au long du XXe siècle, furent enfermés, martyrisés, parfois assassinés en toute impunité des centaines d’enfants, qui lui sert de décor.

Dans la scène inaugurale de ­ Nickel Boys, on assiste à l’exhumation d’ossements anonymes. Cadavres sans nom, vies non seulement confisquées mais purement et simplement rayées de l’Histoire, que Colson Whitehead s’emploie, à travers Elwood Curtis, Jack Turner et les autres gamins qui s’incarnent si vivement, à rappeler parmi les hommes, à extraire de l’effacement. Nickel Boys, de fait, devient un hommage vibrant à ceux qui se battent et à ceux qui y ont laissé la vie.

Une histoire a priori pleine de désespoir. Mais le mouvement de balancier entre les années 60 et le présent vient adoucir le sentiment d'injustice dans un plaidoyer où la justice a encore sa place.

 

📚Voilà une lecture révoltante, angoissante, non plaisante. Une lecture nécessaire qui hante. Je n’ai pu lâcher ce livre avant de l’avoir fini, pourtant, ce fût dur, vraiment dur.

La « Nickel academy » a bel et bien existé sous un autre nom.

 

OPAC Détail de notice