L'intimité d'Alice Ferney

đź“š Une première impression très positive : originalitĂ© du sujet, langue prĂ©cise qui analyse sans cesser d’émouvoir,

avec une puissance immédiate pour capter le lecteur dès les premières pages

, finesse des personnages, sensibilitĂ© de l’approche. Tout y est et ça marche....  Les personnages sont magnifiques, les drames Ă©voquĂ©s avec pudeur, les rĂ©flexions pour le moins contemporaines (Quelle place accorder Ă  l’homme et Ă  la femme dans le couple ? Quelle est la fonction du mariage ? Peut-on vivre l’amour dans l’asexualitĂ©, refuser ou accepter la maternitĂ© ? Quel est alors le rĂ´le des parents ?).

Les désirs, les hésitations, les angoisses des trois protagonistes, sont restitués à travers des échanges souvent passionnants et profonds.

Et puis ça se gâte dans un empâtement didactique, ça se fige dans la seconde partie du roman, quand Alice Ferney décide de nous faire la leçon sur la maternité à l’ère des technologies avec un cours spécial sur les dimensions éthiques qui y sont liées. Ce propos trop documenté et trop démonstratif prend tellement le dessus que le lecteur a un peu l’impression de lire « La GPA pour les nuls ». On accompagne ainsi Alba dans ses recherches approfondies sur Internet avec le sentiment d'être passé d'un roman moderne à un discours scientifique sur la GPA ou la PMA. Les longueurs dues à un désir de faire le tour des sujets évoqués s'amoncellent à travers des méandres labyrinthiques et des dialogues interminables, ayant pour but de décortiquer ce qui relève de la psychologie, de la culture, des modèles. Et petit à petit on s'y perd jusqu'à se lasser

Heureusement l’épilogue redonne un petit coup de fouet à l’ensemble même si par son ambiguïté il nous laisse avec plus de questions que de certitudes.

OPAC Détail de notice